Amicale Polonaise Dourges
Membres de l'Amicale Polonaise
Amicale Polonaise Dourges
La Chorale Moniuszko, 25 mars 2018 - Concert 10 ans des orgues de Dourges
Amicale Polonaise Dourges
Szczesliwego Nowego Roku ! Bonne Année !
Amicale Polonaise Dourges
Cours Polonais Dourges
Amicale Polonaise Dourges
Feux de la St Jean (Sobotki) 23 06 2018 Dourges
Patrimoine polonais

La Chapelle de la Nativité

15/10/2016
La Chapelle de la Nativité

MAITRE-AUTEL DE L’EGLISE ST STANISLAS DE DOURGES

« Kaplica Bożego Narodzenia »  (La Chapelle de la Nativité ) - 1925

Le maître-autel de l’église St Stanislas de Dourges, intitulé « la Chapelle de la Nativité » est une sculpture en bois, art-déco, inspirée du style zakopanien (1), réalisée par Jan SZCZEPKOWSKI (1878-1964). L'oeuvre a obtenu le Grand Prix de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris en 1925.

 L’autel se compose de trois parties :  

La partie centrale : au centre, trône la Vierge à l’Enfant ; à ses pieds, le bœuf et l’âne ;  les anges entourent  la Vierge et l’Enfant. En bas, on trouve l’inscription : « A sÅ‚owo ciaÅ‚em siÄ™ staÅ‚o i mieszkaÅ‚o miÄ™dzy nami » (« Et le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous », évangile de St Jean : 1-14).

 La façade de gauche : c’est le thème des bergers qui s’exprime ici. Les bergers endormis en bas ; au-dessus, un berger, ses moutons et son chien ; plus haut, les « górale » (montagnards) en tenue traditionnelle ; enfin les anges ; sur le côté, des oiseaux et des formes géométriques typiques des décorations intérieures des maisons traditionnelles.

 La façade de droite : les rois-mages avançent vers la crèche avec des offrandes ; plus haut, une partie de chasse est représentée avec le « Janosik » (bandit des montagnes), les chiens, un lièvre qui s’échappe, un personnage avec une biche sur l’épaule ; au-dessus, le peuple des montagnes se dirige vers la crèche ; plus haut encore, les musiciens et leurs instruments (accordéon, flûte, cithare, tambourin) ; enfin, les anges toujours présents ; sur le côté, on retrouve, comme sur la façade de gauche, les oiseaux et les formes géométriques.

 Le haut de la sculpture est couronné au centre par l’étoile du berger avec ses rayons qui séparent les différentes scènes présentées.

 La « signature » de l’artiste est la composition des quatre anges-musiciens situés de part et d’autre de la partie centrale : l’ange au violon, l’ange à la cornemuse (« dudy »), l’ange à la clarinette, l’ange à la contrebasse.

 L’ensemble de l’œuvre constitue donc une crèche de Noël de la tradition des montagnes polonaises.

L’autel a été restauré en juillet-août 2009 par deux conservateurs polonais. Les travaux ont été entièrement financés par le Ministère polonais de la Culture et du Patrimoine National.

 (1) ZAKOPANE : ville de Pologne, située aux pieds du massif des Tatras, à 100km de Cracovie. Zakopane s’est développée à la fin du XIXème siècle en devenant le lieu de villégiature et d’inspiration des artistes polonais. Un style architectural et culturel s’est inspiré de la culture du fier peuple montagnard. Aujourd’hui, capitale du tourisme de montagne, Zakopane connaît une affluence continue en hiver comme en été.

 

Jan SZCZEPKOWSKI (1878-1964)

Sculpteur polonais, formé à l’école de l’industrie du bois à Zakopane puis à l’école des Beaux-Arts de Cracovie. En 1904, il obtient la prestigieuse bourse « Czartoryski » et étudie à Paris où il côtoie Auguste Rodin et Emile Bourdelle. De retour à Cracovie, il participe à la vie de bohême des artistes cracoviens et devient membre de la Société des Artistes Polonais « Sztuka ». En 1921, il s’installe à Varsovie où en 1923, il est nommé Directeur de l’Ecole des arts décoratifs.

Le style personnel de Szczepkowski s’impose dans les 1920-1930 où ses œuvres se caractérisent par des formes décoratives simplifiées et géométriques inspirées de l’art populaire traditionnel et plus particulièrement de la sculpture sur bois montagnarde (snycerka góralska). Cette forme artistique dans l’entre deux guerres est très appréciée et lui vaut de nombreuses commandes.

Son plus grand succès est la participation de la Pologne à l’exposition internationale des arts décoratifs en 1925. Sa sculpture en bois « la chapelle de la Nativité » obtient le Grand Prix et il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

 La « Chapelle de la Nativité » est immédiatement achetée par l’état français devançant ainsi les démarches du roi de Suède qui souhaitait également l’acquérir. L’oeuvre est « mise en dépôt » en 1927 dans la nouvelle église de la cité Bruno à Dourges. La Compagnie des mines de Dourges a construit l’église St Stanislas pour les polonais et leurs familles venus travailler dans les mines constituant à l’époque 100% de la population de la cité Bruno. Le directeur de la Compagnie des mines de Dourges a dû, à l’époque, rechercher le mobilier qui s’accommoderait le mieux à ce nouveau lieu de culte ; l’exposition internationale était une occasion exceptionnelle…

 Jan Szczepkowski a réalisé de nombreuses sculptures à Varsovie : les monuments de StanisÅ‚aw Moniuszko et de Wojciech BogusÅ‚awski (place du théâtre), la fresque sur la façade du parlement polonais ; il a participé à la reconstruction de nombreux monuments à Varsovie après la guerre (Adam Mickiewicz, rue Krakowskie PrzedmieÅ›cie). Dans les années 1950, il réalise, pour le ministère de l’énergie, une sculpture sur le bâtiment de l’usine sidérurgique « Huta Warszawa » représentant les quatre éléments (l’eau,  le feu, l’air et la terre).

 Il décède à Milanówek à 86 ans et est enterré à Varsovie au cimetière « PowÄ…zkowski » dans « l’Allée des personnalités ». En 1965, Karol Tchorek réalise sur la pierre tombale de Szczepkowski une sculpture représentant un des anges de la « chapelle de la Nativité ». En 1978, la fille de Jan Szczepkowski constitue une fondation familiale et crée le Musée « Jan Szczepkowski » à Milanówek près de Varsovie.

 Sources : Informations reprises en partie de la biographie de « Jan Szczepkowski »  par Joanna SzczepiÅ„ska - Warszawa 1957

La Chapelle de la Nativité a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2008.

Depuis l'inscription du Bassin minier au patrimoine mondial en 2012, la Chapelle de la Nativité figure sur la liste du patrimoine UNESCO.